Forum du Club de Canot-Camping l'Aviron

Communauté des pagayeurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Rapides de St-Eugène

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Daniel P
Canoteur niveau 1


Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 14/07/2005

MessageSujet: Rapides de St-Eugène   Sam 27 Sep 2008 - 19:58

Exploration des rapides en amont de Saint-Eugène sur la rivière aux Rats, le 12 août 2008, par débit moyen (la Mistassini était à 240 m3/seconde à la station et la Mistassibi à 175 m3/seconde).

J'en avais d'abord entendu parler par Jacques Blackburn, céiste aguerri de Jonquière. Il disait que c'était un excellent rapide d'entraînement, moins puissant que CEPAL ou que le "canyon" de la basse Shipshaw. Puisqu'à l'époque, je nageais régulièrement à CEPAL (ouch!) ou à Shipshaw, j'ai beaucoup rêvé de découvrir ce rapide "idéal". Plus tard, quand je voyais des canoteurs débutants/intermédiaires avoir peur de CEPAL ou ne pas oser dans le "canyon" de Shipshaw, je continuais de rêver de découvrir le rapide de Saint-Eugène, pour éventuellement les y amener.

Il y a aussi une description de ce rapide dans le Guide des rivières sportives du Québec (Gilles Fortin, 1980). L'auteur y donne une cote d'appréciation (et non de difficulté) de 4/5 :

"À environ 1,5 km en amont de Saint-Eugène, sur la rivière aux Rats, on trouve un rapide de classe 2 (avec quelques passages de classe 3) très intéressant pour l'intiation et l'entraînement au slalom. Le rapide commence en aval de la chute Sasseville et mesure environ 300 mètres. Il ressemble à la Shipshaw (au "canyon", en aval du pont de la route 172), en plus long, mais en moins gros. Ce bassin est surtout remarquable au printemps par ses vagues régulières, ses grands contre-courants francs, et ses bons bassins de récupération."

L'occasion de découvrir ce rapide s'est enfin présentée à l'été 2008, à lors d'une visite chez de bons amis qui ont un accès à la rivière environ 5 km en amont du village. Étant tout fin seul dans un canot tout de même assez nerveux (Esquif Paradigm) et ayant bien été prévenu que des "chutes", ou en tout cas des "rapides excessifs" arrivaient après quelques km d'eau calme, j'ai abordé l'aventure avec la plus grande prudence.

De mon humble point de vue, la rivière aux Rats aurait dû être baptisée autrement. Pendant les ~3 km d'eau calme précédant le début des rapides, j'ai été constamment accompagné par des hérons. À un moment donné, il y avait même 2 hérons en vol plus 1 au sol. En plusieurs années de contact intime avec la nature, je n'avais jamais vu ça. Était-ce la journée d'accouplement des hérons à Saint-Eugène? Sinon, rivière "aux Hérons", ou par déduction, rivière "Poissonneuse" m'aurait semblé plus approprié. À moins que les hérons ne se nourissent de rats?

Après ~3 km d'eau calme héronneuse, sous un soleil de plomb, une première décision s'impose : est-ce une presqu'île ou une île? Un courant bien visible s'en va à gauche, d'où arrive aussi la musique de l'eau vive. Donc je prends à gauche, présumant que l'ouverture de droite n'était qu'une baie.

Une première cassure arrive après quelques centaines de mètres supplémentaires. Ça me semble être un bel exemple de R5. La rivière dévale abruptement d'environ 3 mètres sur une assez courte distance. Il n'y a aucun passage évident, les passages qui débutent "facilement" menant vers des successions de rouleaux violents, dont certains semblent rappeller. Malgré tout, ça me semblerait franchissable par des pagayeurs experts qui sauraient se faufiler entre les obstacles dangereux, mais la marge d'erreur serait mince, et les erreurs seraient sévèrement punies. Donc pas question pour moi de tenter pareille chose. Le portage et/ou la cordelle s'imposent. Malgré un courant relativement faible, la rive gauche me semblait trop abrupte. Les îles entre les trois passages (gauche, centre et droite) seraient faciles à aborder pour le portage/cordelle, mais la remise à l'eau serait difficile. Donc je choisis la cordelle en rive droite, assez facile.

Juste au pied de ce R5, la configuration de la rive et un enchevêtrement d'arbres morts compliqueraient bien trop la poursuite de la cordelle/portage pour un homme paresseux et en vacances comme moi. Je choisis donc de reprendre juste au pied du R5. Wow!! C'est plus turbulent que prévu, et j'ai bien failli chavirer!!

La fin du R5 enchaîne dans un rapide de 200 ou 250 mètres de long. Ce rapide assez facile à négocier pourrait être de classe R2, mais puisqu'il est ponctué de quelques larges pleureuses/seuils suivis de rappels (que j'ai préféré ne pas visiter), il mérite au moins une cote R2/3, voire R3 à ce débit...

...D'autant plus qu'il enfile directement dans une seconde cassure de ~2 mètres qui me semble de difficulté et de risque comparables au seuil du Caribou sur la haute Shipshaw. Donc seuil de classe 4/5. Encore un portage/cordelle en rive droite car la rive gauche est très abrupte, autant pour l'approche que pour la reprise.

Les formations rocheuses en rive gauche sont remarquables entre le premier R5 et ce S4/5.

La reprise après le R4/5 est plus facile et enchaîne sur un rapide facile qui serait de classe R1/2 si, comme le rapide précédent, il n'était pas ponctué de larges pleureuses/seuils suivis de rappels peu invitants, dont un à la toute fin du rapide, pas énorme mais particulièrement redoutable par sa sa régularité "exemplaire". Donc bien quil soit facile à négocier à ce débit, à mon avis, ce rapide mérite une cote bonifiée à R2/3, voire R3.

Ce rapide se termine dans un bassin d'eau calme, où je constate qu'une autre veine d'eau assez importante conflue à droite. Une loutre sur les rochers (elle disparaît aussitôt!) me confirme les qualités poissonneuses de la rivière "aux Rats". Après vérification sur une carte, aucun affluent majeur n'arrive à cet endroit, donc la "baie" présumée au tout début était plutôt un bras de la rivière aux Rats.

Je remonte à pied sur l'île au centre (entre ce passage et le passage de gauche, que j'ai descendu) aussi loin que les rochers le permettent pour reconnaître le rapide (il y a plein de bleuets sur cette île, miam!) Je ne peux voir le tout début, mais je vois une section d'environ 200 mètres de long, de pente assez régulière. Au plus loin (au début), il semble y avoir une cassure plus prononcée (quoique trop éloignée pour être fiablement évaluée) qui enchaîne dans ce qui me semble être un long R3 très manoeuvrier, mais sans obstacle dangereux. Donc à ce débit, sous réserve de la première cassure ou de ce qui la précède, ce passage me semblerait relativement sécuritaire à descendre en solo ou par des duos très expérimentés. Une exploration plus détaillée et de haut en bas s'impose toutefois avant de s'y aventurer.

Mais ce n'est certainement pas un "rapide école idéal".

Je poursuis donc sur un planiol de ~500 mètres avec quelques virages avant d'entendre à nouveau la douce musique de l'eau vive... À mon oreille, le volume est toutefois un peu fort et le son un peu sourd. Mon oeil voit aussi une cassure un peu trop abrupte avec un peu trop de bruine pour un rapide école. Donc je débarque à gauche pour une reconnaissance de la rive. Encore une forte cassure de presque 2 mètres, en 2 ou 3 paliers. Un rouleau large et violent barre les quatre cinquièmes de la rivière. Il semble cacher un seuil rocheux peu profond, pas très agréable à canoter ni à nager. À droite, sur le cinquième restant, la pente est plus régulière et il y a peut-être un passage de classe R4, mais ce serait à vérifier de plus près (la rivière fait environ 30 mètres de large à cet endroit).

La cordelle s'impose donc encore sur quelques mètres. En rive gauche, la cordelle est assez facile (à ce débit) malgré l'espace restreint. Ensuite, reprise dans un train de vagues assez fort (R2/3) dans les typiques bulles qui suivent une dénivellation importante, puis il y a un large contre-courant (presque une baie) en rive gauche, tandis que la rivière fait un coude à droite. Et là, enfin! Le voilà, le fameux rapide...

La rivière s'étrangle entre des parois rocheuses pour former une belle veine de courant franche, avec des vagues stationnaires. Les contre-courants en rive droite sont très francs, tandis que ceux en rive gauche sont généralement plus flous. Ce rapide ressemble effectivement à un rapide école idéal, comme une version allongée du "canyon" de la basse Shipshaw, mais avec une puissance plus proche du "rapide du noyé" (chute Guimond). Si je n'avais pas été si seul, si mollo et si pressé de m'en retourner à mes autres "obligations" vacancières, j'y aurais bien joué toute la journée.

Un seul bémol cependant : les formations rocheuses sont spectaculaires, mais appellent à la prudence... La rive gauche est faite de gros blocs creusés en surplomb par le courant (avec des billots coincés à certains endroits). La rive droite est fort jolie et plus "normale" et rassurante, sauf à un endroit où un tunnel aussi spectaculaire qu'inquiétant s'est creusé dans la roche par un phénomène d'érosion assez rare (du jamais vu pour moi... en 18 ans de canot). Je me demande donc: y a-t-il des formations semblables sous l'eau (surplombs et tunnels dans la roche)? Si oui, alors mieux vaut ne pas se retrouver à la nage à ces endroits qui peuvent former des passoires très dangereuses. Sinon, alors c'est vraiment un rapide de rêve.

Après ce rapide, il n'y a que de l'eau calme sur environ 1 km, jusqu'au village de Saint-Eugène.

En conclusion:

Le fameux "rapide école" est invisible de la route, et situé un peu plus d'1 km en amont du village. Bien sûr, l'idéal serait d'y avoir un accès direct par les terrains privés avoisinants. Sinon, l'accès de l'amont est tout de même assez compliqué, et il me semblerait plus facile d'y accéder en remontant la rivière à partir du village, puis de portager ou de cordeler le rapide (pour ce faire, la rive droite me semblerait la plus propice).

Pour y accéder de l'amont : le passage de gauche me semble plus compliqué qu'amusant (R5 suivi de R2/3 enchaînant dans un S4/5, puis dans un R2/3, suivi de 500 mètres de planiol). Il serait intéressant d'explorer le passage de droite, qui provient probablement de la toute première fourche de la rivière aux Rats vers la fin de la section d'eau calme. S'il est franchissable, ou si un premier portage ou une première cordelle pas trop compliqué(e) amène à la section de R3, alors ça pourrait être un passage intéressant. De même, une exploration plus minutieuse de l'entrée à droite du "rapide école" permettrait peut-être d'éviter la cordelle.

Si ces deux explorations sont positives, alors toute cette section serait franchissable et pourrait constituer un belle demi-journée d'exploration/descente/jeu/pratique.

Il serait tout de même intéressant de réviser cette reconnaissance à débit haut et bas.

Une question demeure sans réponse : au fait, où est la "chute Sasseville" décrite dans le Guide des rivières sportives du Québec? S'agit-il du premier R5, du S4/5 ou de la cassure (R4/5) au début du "rapide école"?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cro-magnon
Canoteur niveau 2


Nombre de messages : 316
Date d'inscription : 14/12/2006

MessageSujet: Re: Rapides de St-Eugène   Dim 28 Sep 2008 - 20:29

ouch, après avoir lu ça j'ai mal à la tête!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luc
Canoteur niveau 3


Nombre de messages : 738
Age : 48
Localisation : Stalag 28B, Vladivostok, CCCP.
Date d'inscription : 07/07/2005

MessageSujet: Re: Rapides de St-Eugène   Dim 28 Sep 2008 - 21:30

Super récit Daniel. Très détaillé, comme ce à quoi tu nous a habitué.

Merci.

P.S.: La prochaine fois que tu es dans nos latitudes et que tu es tout seul pour pagayer, lâche-moi un coup de fil (418-547-2213).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
H2PRO
Canoteur niveau 3


Nombre de messages : 591
Date d'inscription : 08/07/2005

MessageSujet: Re: Rapides de St-Eugène   Lun 29 Sep 2008 - 13:07

Ce serait très intéressant à descendre un jours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rapides de St-Eugène   Aujourd'hui à 2:57

Revenir en haut Aller en bas
 
Rapides de St-Eugène
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SOMMAIRE - Pour des recherches rapides
» Parc des rapides de lasalle
» Le vison du parc des Rapides
» PLEIN DE PETITES BETES RAPIDES ... :(
» En vidéo : le top 10 des animaux réputés les plus rapides

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Club de Canot-Camping l'Aviron :: SECTION GÉNÉRALE :: Discussions sur le canot en général-
Sauter vers: